Err

Culture de la Spiruline expliquée en Détails | Sud Spiruline

LA CULTURE DE LA SPIRULINE

Culture de spiruline sous serre | Sud Spiruline

La spiruline Arthrospira Platensis est une cyanobactérie. Ni animal, ni végétal, une bactérie ! Elle fait partie des toutes premières formes de vie apparues sur terre il y 3 milliards et demi d’années. Un âge canonique ! Elle a tout connu et tout traversé : bouleversements géologiques, ères glaciaires, le règne des dinosaures et leur disparition, et maintenant l’ère de l’Homme.

De nos jours, on la trouve à l’état sauvage à quelques rares endroits sur Terre. Ces lieux ont certains points communs : il y fait chaud, l’eau est présente, et pour de multiples raisons cette eau présente des caractéristiques physico-chimiques propices au développement de spiruline sauvage, notamment de pH.

La spiruline se contente de peu : elle se nourrit des nutriments minéraux dissouts dans l’eau. Avec l’énergie du soleil et grâce à la photosynthèse, elle fabrique des molécules complexes et rejette de l’oxygène dans l’atmosphère.

Tout l’art du spirulinier consiste donc à reproduire ce milieu de culture si particulier grâce à un matériel adapté. En effet, qui n'est pas spirulinier qui veut ! La culture de la spiruline répond à des exigences qui nécessitent un équipement adapté. Autrement dit, il sera probablement compliqué, mais passionnant, de faire se devélopper une culture de spiruline à la maison.

Saviez-vous que la culture de la spiruline se fait sous serre ?

Serres de culture de spiruline | Sud Spiruline
Bassins de culture de spiruline | Sud Spiruline

La spiruline, nous l’avons vu, a besoin de chaleur pour se développer. Sa croissance ne commence véritablement que lorsque la température de son milieu aquatique atteint 20 °C. Et c’est un minimum ! L’idéal pour elle se situe aux alentours de 35 °C. On comprend aisément que sous nos latitudes tempérées, la spiruline soit forcément cultivée sous serre. L’énergie du soleil concentrée par la serre, associée à un bassin de culture peu profond, assure que la température de l’eau de culture puisse grimper aux valeurs souhaitées.

Même sous serre, la température ne grimpe si haut qu’entre Mars/Avril jusqu’à Octobre. La culture de la spiruline est donc saisonnière !

La culture de la spiruline sous serre présente d’autres avantages : préserver le contenu des bassins de culture contre d’éventuelles pollutions atmosphériques (chimiques ou bactériologiques), mais aussi se prémunir contre les pluies importantes qui dilueraient et fragiliseraient les bassins.

Notre cyanobactérie a tendance à remonter naturellement à la surface de l’eau pour s’exposer aux rayons du soleil pendant la journée : cela lui permet d’optimiser la photosynthèse et d’être dans la couche d’eau la plus chaude. Mais ce faisant, elle forme une plaque qui empêche les rayons de pénétrer en profondeur. Cette caractéristique a une conséquence pour le spirulinier : il est impératif de brasser le bassin afin de permettre aux spirulines privées de lumière dans la colonne d’eau, de revenir à la surface. De cette manière, toute la population de spiruline du bassin est exposée équitablement aux rayons solaires. Le brassage permet également d’améliorer les échanges gazeux avec l’atmosphère.

Les bassins de spiruline sont généralement peu profonds : environs 15 cm d’eau. Cela permet de chauffer l’eau rapidement, d’optimiser l’exposition des spirulines aux rayons du soleil afin de permettre la photosynthèse, et d’améliorer les échanges gazeux. Ils présentent en général une forme particulière en hippodrome ou « raceway » afin de faciliter la circulation de la culture.

la CULTURE de la spiruline est une culture DE HAUTE PRéCISION

Culture de spiruline pH spectrophotometre | Sud Spiruline

Pourquoi ne trouverez-vous jamais de spiruline dans votre piscine, dans une flaque d’eau quelconque ou dans la mare aux canards ? Notre belle spiruline a ses exigences.

Elle réclame un milieu de culture et une qualité d’eau très particulière, notamment concernant le paramètre du pH.

Le pH mesure si une eau est acide (contient plus d’ions H3O+ que d’ions OH-…comme le citron) ou si au contraire elle est basique (plus d’ions OH- que d’ions H3O+). Il faut une eau basique pour la spiruline. Dans nos bassins, le pH est maintenu vers 10 / 10.5. C’est un pH très basique et on le retrouve rarement si haut dans la nature. C’est pour cette raison, entre autres, que la spiruline ne survivra pas dans votre piscine, une flaque d’eau, ou la mare aux canards : le pH y est plus proche de 7. On parle alors de pH neutre, et la spiruline déteste ça, les pH neutres.

Le spirulinier doit donc surveiller attentivement le pH de la culture pour s’assurer qu'elle se sent bien. C’est une surveillance quotidienne : si le pH monte de 1/10 de point, cela signifie qu’il y a eu de la croissance dans le bassin et que la spiruline se développe. Exactement ce que l’on recherche !

Le paramètre de pH est vital, mais il faut plus. Comme tous les organismes vivants, la spiruline a besoin de se nourrir. Elle se contente de peu : notre « algue bleue » est sobre et se nourrit des éléments minéraux dissouts dans l’eau. Le spirulinier doit donc également apporter ces éléments afin qu’elle puisse se développer : Azote, Phosphore, Potassium, Magnésium, Fer etc… sous forme minérale doivent être donnés avec précision et rigueur afin de permettre une croissance optimale.

Les pionniers de la culture de la spiruline, tels que Jean Pierre Jourdan et Ripley Fox, ont établi des « règles de nourrissage » qui permettent aux spiruliniers de connaitre les quantités de nourriture à apporter en fonction de certains paramètres, notamment de quantité récoltée. Schématiquement, si je récolte 1 kg de spiruline sèche, les formules indiquent comment, qualitativement et quantitativement, sera constitué le repas de notre cyanobactérie. La contribution de ses « pères fondateurs » de la culture de la spiruline est inestimable, et leurs écrits font toujours référence aujourd’hui.

Mais le monde vivant possède ses propres règles, il ignore souvent ce qui est écrit dans les manuels et ne connait pas les formules. Le vivant est par nature chaotique, il se comportera selon les équations dans une certaine limite, qui est celle des approximations par rapport à la réalité. Comment faire alors ? Les baguettes magiques n’existant pas, nous nous sommes rabattus sur un spectrophotomètre. Cet appareil nous permet de mesurer avec une bonne précision ce que contient réellement l’eau du bassin à un instant t, et d’ajuster les apports en fonction des résultats.

Alors comment la spiruline sauvage se nourrit-elle dans la nature ? Cela dépend. Si elle vit dans un lac volcanique, il est probable que la géologie du lieu lui apporte ce dont elle a besoin directement sous forme minérale. Dans un lac non volcanique, les éléments organiques qui vont tomber dans l’eau (végétaux etc…) vont être décomposés par d’autres bactéries jusqu’à un stade minéral. Et ce sont ces éléments minéraux qui seront utilisés par la spiruline. Il est également possible que les facteurs géologiques et biologiques s’additionnent pour maintenir la spiruline sauvage en vie.

On comprend donc que le spirulinier doit posséder des connaissances en chimie afin de respecter au plus juste les besoins de sa culture. Les connaissances scientifiques constituent un socle que l’expérience va compléter. On ne s'improvise pas dans la culture et la gestion du milieu de la spiruline !

le temps d'une RéCOLTE

Transformation spiruline pressage et mise en forme | Sud Spiruline

Pendant la belle saison, alors que l’eau des bassins est chaude, le spirulinier ne connait pas de repos. Les récoltes sont quasi quotidiennes, et le processus de séchage doit intervenir très rapidement après chaque prélèvement.

Pour récolter, l’eau du bassin est pompée et passe au travers de filtres rotatifs (il existe d’autres méthodes, mais c’est celle que nous avons choisi chez Sud Spiruline). La maille des filtres est à 20 ou 30 microns : les molécules d’eau passent au travers du filtre et retournent dans le bassin (on ne jette rien !), mais les spirulines dont la taille est supérieure à 20 ou 30 microns restent prisonnières. On obtient une pâte qui a la consistance d’un yaourt frais.

Aussitôt récoltée, la spiruline part en direction du laboratoire !

Laboratoire de transformation de la spiruline | Sud Spiruline

Les étapes nécessaires au séchage de spiruline sont entièrement réalisées dans un laboratoire séparé de la serre respectant le principe de la "marche en avant".

Nous allons presser la récolte pour enlever encore de l’humidité : c’est l’étape du pressage. Là encore différentes méthodes existent, chez Sud Spiruline nous exerçons une pression par le vide, respectueuse de l’intégrité des cellules.

A l’issue du pressage, notre yaourt a pris la consistance d’une pâte à modeler. Cette pâte est mise sous forme de fins spaghettis sur des clayettes, envoyés aussitôt dans un séchoir basse température. La spiruline doit être sèche dans les heures qui suivent la récolte. On comprend aisément pourquoi : une fois pêchée, la spiruline est comme tout organisme soustrait à son milieu de vie… elle ne se sent pas bien. En la séchant rapidement à basse température, on conserve toutes ses qualités nutritionnelles.

Séchage de la spiruline | Sud Spiruline

LE CONDITIONNEMENT artisanal de la spiruline chez sud spiruline

Le séchage est terminé au bout de quelques heures. Comment sait-on que la spiruline est bien sèche ? Cela « se voit » et « se sent » : l’odeur dans le séchoir est caractéristique, les spaghettis « ont levé » et sont craquants, ils se détachent facilement des clayettes. On peut également mesurer précisément l’humidité résiduelle dans le produit fini.

Les spaghettis de spiruline sèche sont broyés mécaniquement par un appareil artisanal actionné à la main : le broyeur.

La récolte est conditionnée par lots en attendant le retour des analyses microbiologiques faites par un laboratoire indépendant selon les préconisations du Guide d'Hygiène et de Bonnes Pratiques. Après réception des résultats, nous conditionnons la spiruline en sachets opaques et hermétiques permettant une conservation optimale du produit fini.

La spiruline est très stable dans le temps, et pour peu qu’il soit maintenu à l’abri de l’air et de la lumière, elle se conserve 2 ans. Selon nous, une bonne spiruline est fine, présente une belle couleur verte foncée et intense, elle a peu d’odeur et de goût.

Vous connaissez la suite : les petits sachets de paillettes ou de comprimés de spiruline se retrouvent entre vos mains pour votre plus grand plaisir !

Conditionnement de la spiruline | Sud Spiruline