SPIRULINE "BIO" ?

Consomm’acteurs responsables, soyez vigilants !

Concernant la question de la spiruline bio, nos sachets de spiruline ne comportent pas encore de logo « bio ». Pourquoi ?

Pourtant, on peut trouver des spirulines estampillées « bio » en magasin !

Vers un cahier des charges « spiruline biologique » reconnu par l’Europe :

La Fédération des Spiruliniers de France a déposé un cahier des charges « spiruline biologique » en Mai 2015. La validation est pour l’instant retardée car la spiruline a été classée en « algue marine » par l’Europe.

Or la spiruline n’est ni une algue (c’est une cyanobactérie), ni marine (elle vit en eau douce riche en sels minéraux).

Ce classement permet l’importation de spirulines produites hors Europe, avec un label bio AB ou/et feuille Européenne grâce aux « équivalences », ALORS QUE NOUS, PRODUCTEURS FRANÇAIS et Européens, N’AVONS PAS ENCORE ACCES A LA CERTIFICATION

Mais qu’est-ce que le « bio » ?

 C’est produire des aliments sans utiliser de produits de synthèse (engrais ou pesticides), ni pour les faire croître, ni pour les soigner. Tout vient directement de la nature.

 C’est aussi répondre à un cahier des charges, utiliser les règles de l’agriculture biologique, et le faire vérifier par une société dénommée « organisme certificateur ».

Y a-t-il « bio » et « bio » ?

 Il existe plusieurs types de cahiers des charges. Certains sont officiels car reconnus par l’Europe, en attestent les logos « AB » ou « feuille européenne » ; leur contenu est public et validé par les institutions. De très nombreux autres sont privés, leur contenu est parfois connu, parfois tenu secret.

 Ne confondez pas la certification Bio et la société qui certifie : « AB » signifie que le produit est bio, « Naturland » ou « Ecocert » sont des organismes certificateurs, pour ne citer qu’eux (il en existe 8 en France, et de très nombreux à l’étranger).

DANS TOUS LES CAS : un logo ou une mention « bio » n’est pas un critère de qualité, mais atteste de la manière dont l’aliment a été produit. Il existe de très bons produits « bio », comme de moins bons ; il existe de très bons produits « non bio », comme de moins bons !

Pour cultiver de la spiruline vraiment « bio », Il faut la « nourrir » avec les minéraux qui lui sont indispensables, et qui proviennent de la nature : soit extraction minière, soit par séparation depuis des composts, des déchets végétaux ou des jus issus de la méthanisation des matières organiques. Car la spiruline ne sait se nourrir qu’avec des minéraux dissous dans l’eau où elle vit.

Important : la culture de spiruline ne nécessite par nature l’emploi d’aucun pesticide.

Les Industriels Français sont prêts à se lancer dans le « bio à n’importe quel prix »

Nous, producteurs, persévérons et travaillons à la reconnaissance de notre cahier des charges mis au point durant de nombreuses années, et correspondant véritablement à ce que doit être, techniquement et éthiquement, une spiruline biologique.